Communiqués

13 novembre 2015

Réaction émission "enquête'

Assaut sexuel secours
Assaut sexuel secours

COMMUNIQUÉ

Pour diffusion immédiate

 

Val-d’Or, 13 novembre 2015 - Le Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel Assaut sexuel secours de Val-d’Or tient à réagir suite aux sorties médiatiques des dernières semaines. Nous constatons que plusieurs messages contenant des préjugés à l’égard des femmes qui ont eu le courage de prendre la parole ont été publiés.

Le CALACS de Val-d’Or se désole de voir combien il est facile de remettre en question la crédibilité des victimes qui souhaitent dénoncer leur agresseur. La tournure des évènements que nous vivons actuellement pèse lourd sur l’ensemble de notre communauté, mais plus particulièrement sur ces femmes qui ont osé aller de l’avant. En renforçant ainsi certains préjugés,c’estun message très peu encourageant et dissuasif qui est directement envoyé à toutes celles qui pensaient un jour lever le voile sur leur vécu. D’autant plus qu’on estime à environ seulement 10 % le taux de dénonciation des violences sexuelles dans la population en général et que seulement 1 % des cas se retrouveront en cour. Ceci témoigne de tout le travail qu’il reste à faire.

Voilà justement la raison d’être des CALACS ! Voilà la raison même de la campagne qui a été mise en place par notre Regroupement québécois des CALACS #OnVousCroit. Loin d’avoir comme objectif de remettre en question la présomption d’innocence, ce mouvement veut amener la société à se questionner sur la banalisation de la violence faite aux femmes et rendre hommage aux femmes qui osent dénoncer.

Encore aujourd’hui, la violence est le seul crime où l’auteur se sent innocent et la victime coupable. Les évènements des dernières semaines nous confirment encore une fois à quel point notre société tente de faire taire les femmes qui veulent faire valoir leurs droits.

Nous sommes actuellement martelés d’informations par les médias. Dans la vague, les organisations travaillant auprès des femmes et des autochtones sont discrédités, et au final, la parole des femmes est complètement déconsidérée. Nous nous rappelons de la Ministre Lise Thériault, supposément devenue trop émotive pour gérer ce dossier. D’ailleurs, nous pouvons nous questionner à ce sujet. Aurions-nous eu la même réaction si un de ses homologues masculins avait laissé transparaitre ses émotions ainsi? Probablement aurions-nous salué sa sensibilité.

Deux poids, deux mesures. Tout comme les femmes autochtones dans la situation actuelle. Elles ne sont plus considérées que comme de simples droguées ou prostituées. Assaut sexuel secours les croit car elles ont le droit, elles aussi, à la présomption… à la présomption d’être des victimes dans toute cette histoire. Elles ont le droit d’être traitée avec justice et intégrité.

Cessons ce déchirement collectif et allions-nous afin d’offrir à toute notre communauté de meilleures conditions de vie. Notre MRC est un milieu riche d’expertises qui gagneraient grandement à être davantage concerté. Notre force collective est colossale, nous devons la mettre de l’avant pour que tout le monde en sorte gagnant.

Rappelons-nous! Seul nous avons peut-être l’impression d’aller plus vite, mais nous pouvons vous assurer qu’ensemble, nous irons beaucoup plus loin!

 

CALACS Assaut sexuel secours

 

 

 

Références : Bianca Bernier-Brassard et Sonya Grenier, intervenantes communautaires